Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis

Accueil > Politique > Muséades ou pantalonnade ?

Muséades ou pantalonnade ?

dimanche 5 octobre 2014, par Alice Leblanc, Scapin.

La municipalité de Bondy a mis en place les Muséades. Il s’agit de faciliter l’accès des Bondynois à la culture, aux musées ou aux monuments d’Ile-de-France. Le transport est organisé par la municipalité, les entrées prises en charge. Objectif louable et bonne idée ! Encore faudrait-il que la mise en oeuvre soit à la hauteur de cette ambition... Petit retour d’expérience !

Malheureusement, ce qui frappe, c’est surtout la désorganisation déconcertante qui règne d’un bout à l’autre de ces journées culturelles.

L’inquiétude commence dès le point de rendez-vous. Liste des inscrits « perdue » ou « oubliée ». Relais-culturels qui n’ont pas les coordonnées du chauffeur du bus. Et retard. Gros retard ! On attend. Quoi ? Les éventuels retardataires. Ils n’arriveront pas, mais la croyance des relais-culturels dans cette possible arrivée fera perdre une demie heure...

Une fois sur place, un groupe est constitué avec les « familles avec enfants », un autre avec les participants et participantes sans enfant. Cette répartition fait sens, mais elle est complètement improvisée.

On pénètre dans le lieu de visite. Les relais-culturels semblent ne pas trop savoir où aller ni quoi faire. Nous poireautons encore. Puis nous sommes lâchés à l’intérieur, sans vraiment d’explication ni de consigne. Juste une heure de rendez-vous. Bref, il suffit de se débrouiller. De façon évidence, il y a une forte hétérogénéité entre les relais-culturels : quand l’un arrive avec des documents, a préparé la visite et accompagne son groupe pendant toute la visite, l’autre semble tout découvrir et laisse le groupe livré à lui-même.

Nous sommes bien peu nombreux à l’heure au rendez-vous. Le relais-culturel lui-même arrive passablement en retard. Nous attendons l’autre groupe... qui n’arrive pas. Les relais-culturels n’ont pas échangé leurs numéros de téléphone ! Ca tourne, ça cherche... et nous attendons, attendons. Une bonne partie du temps de visite aura été perdu à attendre. Faute d’organisation.

Même le retour au bus est chaotique. Les deux groupes ne sont toujours pas coordonnés. Attente, attente.

Au détour d’une bribe de conversation surprise, on comprend mieux la situation. Pour les relais-culturels, les Muséades sont faites « pour Bondy nord, pas pour le centre ». On reste forcément stupéfait de cette ségrégation assumée, mais complètement officieuse. Et la suite est pire : « On est là pour attendre les retardataires, à Bondy Nord ils ne savent pas respecter l’heure ». Discrimination sociale et géographique, valorisation du non respect du cadre collectif...

L’encadrement de ces Muséades est sous-traité par la mairie à des associatifs. Qui font la preuve à cette occasion qu’ils ne savent pas gérer ce type d’activité. Le service public, c’est un métier...

Mots-clés

Recevoir l'infolettre

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Contact | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0