Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis

Accueil > Mouvements sociaux > Refus d’inscription dans les collèges de secteur

COmmuniqué intersyndical

Refus d’inscription dans les collèges de secteur

mardi 9 septembre 2014, par Collectif Alternative libertaire Seine-Saint-Denis.

Les collèges refusent des élèves qui habitent pourtant sur leur secteur officiel. Est-ce la fin de l’école obligatoire ?

Les organisations syndicales du 93, FSU – FO – CGT – SUD, font un premier constat catastrophique des conditions de travail à la rentrée dans le département.

Le nouveau gouvernement prétend appliquer de façon accélérée le pacte de responsabilité, correspondant à 50 milliards d’euros d’économies sur les dépenses publiques. Ceci, dans un contexte où les écoles, les collèges, les lycées de Seine-Saint-Denis vivent déjà des conditions désastreuses.

Dans le primaire

  • Des classes surchargées : les seuils d’ouverture de classe ne sont plus respectés. Plus de 100 écoles sont au-dessus des seuils.
  • Le manque d’enseignants : Exemple, pour la seule ville de Saint-Denis, c’est au moins 30 classes qui n’avaient pas d’enseignant pour faire la rentrée.
  • Le manque de remplaçants : dans de nombreuses circonscriptions, il n’y a déjà plus de remplaçants disponibles.
  • Remise en cause des conditions de travail des remplaçants : certains remplaçants ZIL sont déplacés dans d’autres circonscriptions, parfois à l’autre bout du département ; mise en place d’un nouveau décret paru le 20 août, annualisant le temps de travail des remplaçants (ainsi que pour les PE sur postes fractionnés), s’adaptant ainsi à la réforme des rythmes scolaires
  • Remise en cause des temps partiels : remise en cause des quotités, des jours non travaillés
  • Remise en cause des disponibilités, des détachements, des congés de formation…
  • Augmentation de la précarité : recrutement d’enseignants contractuels…
  • Des écoles avec 3 ou 4 stagiaires qui doivent faire la rentrée sans formation
  • La généralisation de l’application de la réforme des rythmes scolaires : déplacements supplémentaires, temps de travail supplémentaire, mise en place de listes d’enfants pour le périscolaire par les enseignants sur le temps scolaire… etc.

Dans le secondaire

  • Des effectifs de classes qui explosent, dépassant parfois les seuils, notamment dans les groupes de langues, alors qu’il y a encore des élèves sur liste d’attente (150 élèves de 2nde ne sont actuellement pas inscrits) ou à qui on refuse l’inscription dans leur collège de secteur.
  • Des DHG ne permettant pas de maintenir les dispositifs existants (soutien, dédoublements, options…)
  • De nombreux postes restent vacants notamment parce que tous les postes n’ont pas été pourvus aux concours.
  • Remise en cause des disponibilités, systématiquement refusées aux néo-titulaires dans certaines disciplines
  • Dégradation des conditions de travail des personnels précaires. Affectation des contractuels et des TZR particulièrement tardive. De très nombreux collègues sur 2 voire 3 établissements.
  • Application de l’article 8 du décret du 20 août 2014 remettant en cause dès cette année, dans les collèges REP+, les garanties statutaires des enseignants (annualisation d’une partie du temps de service, réunions de concertation rendues obligatoires sous prétexte de pondération…)

C’est inacceptable ! Nous ne pouvons pas travailler correctement dans ces conditions !

Les organisations syndicales FSU-FO-CGT-SUD du 93 appellent les enseignants, les personnels des écoles, collèges et lycées :

  • à se réunir immédiatement dans l’unité la plus large possible en Assemblée Générale (AG d’école, AG de ville dans le primaire, AG d’établissement dans le secondaire),
  • à faire l’état des lieux précis des conditions de rentrée,
  • à lister les revendications,
  • à débattre des moyens d’actions pour obtenir satisfaction, y compris la grève.

Les organisations syndicales signataires se réuniront à nouveau très prochainement pour centraliser les revendications et les moyens d’actions pour obtenir satisfaction.

D’ores et déjà, ces organisations font savoir qu’elles apportent tout leur soutien aux initiatives locales qui seront prises pour porter les revendications.

  • Création immédiate de tous les postes nécessaires en Seine-Saint-Denis
  • Recrutement immédiat d’enseignants fonctionnaires d’Etat
  • Respect des seuils dans les classes
  • Arrêt immédiat de l’application des décrets Peillon/Hamon sur les rythmes scolaires
  • Abrogation des décrets du 20 août 2014 et des décrets Peillon/Hamon
  • Maintien de la définition des obligations de service par maxima hebdomadaire d’heures d’enseignement dans une discipline pour tous les enseignants du 2nd degré
  • Non à la déréglementation, non à la détérioration de nos conditions de travail

Recevoir l'infolettre

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Contact | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0